Agilité en santé, il est temps!

Équipes de santé

« La centralisation du système de santé québécois est responsable de la mort de patients pendant la présente pandémie », peut-on lire dans un mémoire remis au ministre de la Santé en novembre 2020. Plus de 700 médecins provenant d’une cinquantaine de centres hospitaliers alertent des dangers d’une gouvernance surcentralisée depuis la réforme Barrette.

La lourdeur administrative empêche de réagir vite. En contexte d’urgence, c’est pourtant vital, par exemple quand il faut s’empresser d’ériger des murs pour isoler les zones contaminées. Selon André-Pierre Contandriopoulos, professeur à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, « le système n’est pas assez agile pour s’adapter à de nouvelles situations ». Un virage doit s’opérer, un virage dans lequel l’agilité peut être considérée.

La santé malmenée

Depuis plus de quarante ans, la santé est dirigée comme une manufacture : selon des normes de productivité. Le travail et les tâches sont fractionnés et attribués pour gagner du temps et perdre moins d’argent. Une gestion aberrante, qui pense pouvoir répondre aux besoins de l’organisation en bafouant ceux des employés et des patients.

L’agilité pour la « panser » 

La pandémie oblige les unités de soins à comprendre, en temps réel, l’évolution du virus, à s’adapter et à s’ajuster in vivo, en continu. Elle nous appelle à considérer les employés comme des individus qui trouvent le sens de leur travail dans le souci du patient et dans les relations tissées autour de lui. Redonner aux équipes la capacité de s’organiser, d’imaginer ensemble des solutions en impliquant les parties prenantes, sont les principes mêmes de l’agilité.

L’agilité n’est pas une recette magique. Elle est née dans l’industrie du logiciel, précisément pour s’affranchir de la lourdeur administrative. Cette méthode valorise les individus et leurs interactions plutôt que les processus. Elle laisse les équipes combler les attentes de leurs clients, collaborer, développer une intelligence collective et partager des idées pour atteindre un but commun. 

Repenser l’agilité en santé

Il convient de rappeler qu’une autre approche, le Lean Santé, a déjà été mise à l’essai au Québec dans le réseau de la santé en 2015. Les compressions budgétaires, les abolitions de postes et la centralisation prônée par la loi 10 ont provoqué une situation ou le Lean était utilisé par les DRH davantage pour « réparer » les restrictions que pour satisfaire le patient. Le résultat n’était pas au rendez-vous. Nous nous sommes contentés d’adopter les recettes de l’approche Lean, sans adhérer aux principes sur lesquels elle se fonde, contournant ainsi la remise en question des valeurs organisationnelles.

Réforme après réforme, ministre après ministre, on a cherché l’« organigramme idéal », une utopie qui sévit depuis 110 ans. La santé n’a surtout pas besoin d’une autre réforme! Elle a un besoin urgent de se centrer sur ses valeurs et de les vivre pleinement, sans entrave bureaucratique. Bien plus qu’une méthode de gestion, l’agilité propose un virage vers des valeurs résolument humaines comme l’autonomie, la créativité, l’orientation vers le patient, la communication et l’efficacité. Le système de santé est mûr pour ce virage.

Par Karine Thellier et Benoit Godbout



Revenir au blogue